Blindtext

Histoire

100 membres au bout de 56 années d'activité fructueuse

1948-1955: les premiers marchés libres d'automobiles à Zurich
La VFAS est née dans la ville de Zurich, où l'administration d'après-guerre (1948) autorise un premier marché indépendant d'automobiles dans la Gessnerallee (aujourd'hui parking à étages et zone de loisirs). Plus tard aussi dans le Beaten- et Albisriederplatz. À ces endroits centrals, non loin de la gare centrale de Zurich, les commerçants de l'époque ont pour la première fois la possibilité d'exposer, proposer, vendre ou échanger leurs véhicules d'occasion. Les marchands peuvent y faire leurs offres entre 5 et 20 francs suisses à une clientèle intéressée. Les marchands de voitures viennent de toute la Suisse à Zurich, parce que les particuliers se sont largement départis de leur scepticisme par rapport à de tels marchés et que le marché est florissant.

Images du marché dans la Gessnerallee:

Images du marché dans la Beatenplatz:

Images du marché dans la Albisriederplatz:

Quelle: ©Stadtarchiv Zürich

1956: Création officielle de la VFAS
L'association du commerce automobile indépendant suisse (VFAS) est crée en 1956 à Zurich après une tentative du canton de Zurich de modifier la législation aux dépens de commerçants indépendants. Plusieurs entreprises de la région se regroupent et établissent pour la première fois des statuts destinés à préserver les intérêts des marchands participant à ces marchés. La création a lieu, déjà à l'époque sous le nom "VFAS", au restaurant Schlachthof à Zurich - d'autres batailles devaient suivre...

Le Restaurant Schlachthof, Zurich, qui existe encore:

1956-1992: Le combat pour des marchés automobiles libres
À partir de 1956, la ville de Zurich brandit à plusiers reprises la menace de la fermeture des marchés automobiles florissants, ce qui serait une gifle pour les commerçants indépendants. À cette époque déjà, la VFAS intervient avec succès pour défendre ces marchés et commerce à jouir d'une certaine considération dans le canton de Zurich.

1993-1994: Le combat contre le retrait d'enseignes commerciales
En 1993, les autorités zurichoises tentent de limiter l'octroi de plaques garage (numéros U) à des représentants de marques officielles. Le président de l'époque, Roger Walter (aujourd'hui directeur général de la Classic Cars Ltd.), peut toutefois empêcher la mort menaçante du commerce indépendant avec l'aide de son collegue Christian Spring (aujourd'hui propriétaire de Spring Automobile, Rorbas) et de l'avocat Hans Rudin. Ce combat a un tel impact que d'autres contons renoncent à demander la même modification sur leur territoire.

1995-2000: L'heure de naissance de l'importation directe
Au cours de l'AG de 1995, Marco Belfanti (directeur général de la Auto Höngg Belfanti SA) remplace Roger Walter dans les fonctions de président, fonctions qu'il exercera jusqu'en 2010. Sous le visionnaire Belfanti on essaie d'adapter la construction juridique suisse qu contexte européen, puisque c'est dans l'Allemagne des années 90 que le premier marché libre est né. À l'AG de 1997 on se moque gentiment de Marco Belfanti lorsqu'il révèle sa foi dans le succès futur d'une imporation directe en Suisse et qu'il souhaite d'organiser l'association dans ce but. Vers 2000, les premiers véhicules sont importés directement et on s'aperçoit rapidement que dans ce domaine on peut générer pour les clients des avantages tarifaires significatifs. Les précurseurs sont différents membres de la VFAS. À la suite de cette nouvelle opportunité, celle-ci peut s'établir à l'échelle nationale.

2000-2010: Activités divèrs autour des marchands d'occasion & des importateurs directs
De plus en plus de marchands de voitures neuves et d'occasion rejoignent la VFAS, car d'une part ils bénéficient ainsi de son savoir-faire, et d'autre part ils veulent contribuer au renforcement du commerce indépendant. En 2005-2010, les parts de marché des importateurs directs ne quittent pas la zone des 2-4%. Cette activité est soutenue par la publicité sur les voitures de tourisme de la commission de la concurrence, qui est reconnue comme étant le pendant du règlement européen d'exemption par catégorie (GVO) et qui a assimilé les revendeurs indépendants aux représentants des marques.

2011: Référendum contre la loi sur le CO2
Le conseil fédéral a présenté la loi sur le CO2 comme contre-projet indirect sur l'initiative "Offroader" des verts. Au début, des passages divèrs conçue anti-concurrentiel ont établi plusiers problèmes pour les importateurs directs. La VFAS a donc collecté plus que 50'000 signatures dans quelques semaines pour lancer un référendum. Comme les bureaux fédérales ont adapté les passages désavantageuses, la VFAS a finalement renoncé à entrer les signatures et a laissé entrer la nouvelle loi en vigueur.

À partir de 2011: Avantages économiques de 1.5 Mrd. CHF et plus de 10% de part de marché
Lors de l'AG de 2011, Marco Belfanti remet son mandat de présient à Roger Kunz (directeur général de la Auto Kunz SA, Wohlen), et avec Joël Thiébaud c'est la première fois qu'un secrétaire général doté de remarquables compétences techniques est nommé. 2011 est en outre l'année du franc fort: la part de marché des importations directes dépasse les 10% et atteint début 2012 un niveau record avec environ 12%. Les quelque 33000 véhicules vendus chaque année sont écoulés principalement par les importateurs directs de la VFAS qui occupe ainsi une importante foncition de régulation du marché. Avec cette grande part de marché, les importateurs de la VFAS aident les consommateurs de gagner plus que 1.5 Mrd. CHF de pouvoir d'achat qui restent donc dans leurs portemonnaies.

En raison de tentatives divèrs de pression du puissant lobby des importateurs d'automobiles officiels, on a jusqu'à aujourd'hui essayé plusieurs fois d'amputer le commerce indépendant via l'établissement de nouveaux règlements. Aujourd'hui, la direction de la VFAS peut compter sur le soutien de la base de ses affiliés, qui ont pu jusqu'à présent contrecarrer toutes les tentatives allant dans cette direction.